actualités

Se préparer au métier d’agriculteur

Le lycée Michel Rocard de Pouembout prépare des jeunes au métier avec le BTS Développement de l’agriculture en région chaude (DARC). Issus ou non du monde agricole, ces jeunes ont des projets personnels et une formidable envie de se lancer dans le métier. Rencontre avec deux d’entre eux.

Pour Camille Prain, 23 ans, rien ne la prédestinait à se lancer dans l’agriculture. « Après avoir obtenu un bac ES au lycée du Grand Nouméa, dit-elle, j’ai commencé une licence en comptabilité gestion, mais cela ne me plaisait pas vraiment. Je suis alors partie en province Nord, où j’ai été pendant trois ans institutrice remplaçante sur Voh. C’était une très belle expérience. » Son compagnon est exploitant agricole sur Témala, où il cultive entre autres de la patate douce, du maïs, des melons et des pastèques. Aussi Camille, après son travail, donnait la main sur l’exploitation et est venue alors la vocation. « Comme j’avais envie de reprendre mes études, dit-elle, j’ai été informée de l’existence de ce BTS et je me suis lancée. » La voilà en 1re année de BTS et elle s’aperçoit rapidement qu’il y a un monde entre le métier et la pratique « à la maison », mais elle aime ce qu’elle fait. « On a des matières vraiment spécifiques en termes de productions végétales et animales. On fait également de l’économie, de la gestion et de la finance, et c’est un gros morceau, c’est vraiment intéressant et on comprend tout de suite pourquoi. On travaille aussi sur la communication, car on est amenés à mener des projets. » Camille apprécie de combiner tout son apprentissage, à la fois la pratique agricole et la gestion. Cela lui donne des armes pour l’après BTS. « C’est vrai que ce n’est pas évident de se projeter, dit-elle, mais le but serait de mener mes propres productions animales et végétales. J’aimerais faire un élevage de poules et pour ce qui est du végétal, peut-être continuer dans ce que l’on fait déjà. J’aimerais aussi développer la production de fines herbes, quelque chose comme ça. Mais vraiment ça me passionne et j’espère que ça va bien se passer. »

L’envie de faire comme les anciens

L’agriculture est une vraie vocation également pour Rayan Legrand, 20 ans, élève en 2e année de BTS DARC. Il la doit au souvenir très présent d’un arrière-grand-père et de grands-parents, exploitants sur Gouaro. C’est chez eux qu’il prend goût au métier, mais aussi chez un oncle et un cousin, exploitants eux-mêmes et chez qui il sera en stage, à la fois dans l’élevage et dans la culture. Après avoir décroché un Bac Pro CGEA (Conduite et gestion d’une exploitation agricole), il intègre le BTS à Michel Rocard. « J’avais déjà une approche de la gestion, dit-il, mais en BTS on approfondit les choses. On fait vraiment de la comptabilité et de la gestion pures. Si après je veux me lancer à mon compte, je veux pouvoir gérer moi-même et minimiser le travail donné à l’extérieur à des bureaux de gestion. J’aimerais allier la production et la gestion. » Rayan a déjà une idée très précise de ce qu’il va faire après le BTS ; il souhaite s’inscrire dans les pas de ses anciens et se lancer dans la culture vivrière. Il a déjà tout prévu pour se lancer dans l’activité dès la sortie du BTS, jusqu’à avoir déjà fait la demande de carte professionnelle agricole auprès de la Chambre d’agriculture, une première pour un étudiant.

Afficher plus

Articles similaires

Fermer
Fermer