actualités

Pour une meilleure viande de bœuf locale

Le gouvernement a arrêté un projet de délibération du Congrès qui, en accord avec l’accord interprofessionnel conclu en juin dernier, vise à valoriser la qualité des viandes de bœuf produites en Nouvelle-Calédonie par une modification de la classification.

Afin de valoriser le travail des éleveurs, et de permettre leur rémunération à la juste valeur de leur bétail, le gouvernement propose de modifier la classification actuelle des viandes bovines pour permettre de reclasser une partie des carcasses de bonne qualité actuellement en catégorie B (transformation), dans la catégorie A (boucherie). Si cette mesure est adoptée par le Congrès, le nombre d’animaux de catégorie A s’enrichira de 500 gros bovins et 750 « veaux de huit mois » supplémentaires.

À quoi sert la classification des carcasses de viande ?

La classification des carcasses est l’un des leviers utilisés par l’interprofession pour mettre en relation l’offre et la demande de viande bovine, valoriser la qualité bouchères des carcasses, et déterminer leur prix en conséquence, afin de pouvoir répondre aux demandes des acheteurs, tout en assurant une juste rémunération des producteurs.

Les travaux de l’interprofession viande de Nouvelle-Calédonie (IVNC) depuis 2012

Les normes de classification, établies initialement en 1987, ont connu plusieurs modifications pour tenir compte de l’évolution des techniques d’élevage. Depuis 2012, tous les acteurs institutionnels et professionnels sont mobilisés au sein de groupes de travaux institués par la charte bovine pour accompagner le développement de la filière bovine locale. Ainsi, toutes les propositions d’évolutions réglementaires pour améliorer l’adéquation entre l’offre de production et la demande des bouchers et des ateliers de découpe sont conduites par l’interprofession viande de Nouvelle- Calédonie (IVNC) et sont formalisées par la voie d’accords interprofessionnels. La dernière modification a porté sur la création d’une catégorie pour les veaux de huit mois, en août 2017.

Quelques chiffres sur l’élevage bovin

En Nouvelle-Calédonie, l’élevage bovin occupe une place prépondérante dans les activités agricoles, tant par la surface qui lui est principalement consacrée (96 % des surfaces agricoles en 2012), que par son poids économique (3 000 tonnes de viandes produites et commercialisées, pour un chiffre d’affaires de 1,7 milliard de francs en 2017, au deuxième rang des filières agricoles après les légumes). La filière bovine contribue de façon essentielle au maintien du tissu rural et fournit une viande de qualité reconnue sur le marché local.

Pour autant, elle ne couvre actuellement que 55 % des besoins en 2017 et nécessite donc un renforcement des capacités de production.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Fermer
Fermer